Les angoisses du cycliste 2

3 – La petite blague du GPS, qui vous fait prendre un raccourcis dans les collines. Certes on y gagne à vol d’oiseau, mais c’est aussi le cardio garanti dans les pentes. Commentaire de Gaëlle arrivée en haut : « pffff, pfff, je crois que mon coeur n’a pas compris ce qui lui est arrivé là ! »
4 – le combo montée + vent de face. Bien que le vent « dans ta face » tout seul soit suffisant pour te transformer une journée pépère en brise-jambe pire qu’un col. Le maître incontesté pour le moment : le mistral !
5 – ne pas avoir les vélos à portée de vue quand on s’est arrêtés dans un bar. Car il y a toute notre vie dessus ! C’est devenu un réflexe et on se sent tout bizarre quand on sort sans nos vélos…
6 – les aménagements non adaptés. Dédicace spéciale à Sisteron pour leur rue piétonne dont le pavage a réussi à décrocher ma sacoche avant droite. Pourtant je n’ai descendu aucun trottoir, je suivais simplement la rue. Même des chemins de terre pleins de nids de poules n’y étaient pas parvenus…