J0+2

L'aéroport de Francfort

Alors, le début de mes aventures à Vancouver:

  • Vol Paris-Francfort, puis une longue attente. Manqué de rater mon avion pour Vancouver… Très long vol pour Vancouver, trois films passés dans l’avion avec des pauses conséquentes entre. Lu un quart du LonelyPlanet Ouest Canada pendant ce temps…
  • Tous les ptis trucs normaux: tirer de l’argent, trouver la station de bus vers la ville, comprendre comment est organisé le réseau, etc.
  • Appeler le contact que vous aviez pour une chambre. La chambre n’est plus disponible ? Ok.
  • Chercher une auberge de jeunesse, s’inscrire et s’installer dans la chambre.
  • Passer une heure à configurer votre Debian pour utiliser la connexion internet sans fil. Sur une debian toute fraiche avec des paquets de gestion du sans fil manquants, evidemment ça se finit en ligne de commande. Lire les courriels de conneries de camarades tout autour du globe.
  • Dormir, parce que ça fait quand même vingt huit heures que vous êtes levé, et la nuit précédente vous avez dormis quatre heures.
  • Au lever, profiter du petit déjeuner gratuit à l’auberge. Rejoindre le campus de l’UBC pour voir ce qu’ils proposent comme hébergement pour l’été aux étudiants. Ha, ils ont des choses, mais à trois fois votre budget…
  • Passer trois heures à chercher sur internet des offre de colocation, courriel et tout ça. Retour à l’auberge pour s’inscire, histoire d’avoir une place ce soir. Une réponse positive pour colocation, rendez vous le lendemain.
  • Visite de la colocation, retour à l’auberge pour chercher le gros sac de vingt kilos, chaque trajet dure presque quarante minutes…
  • Faire le tour du quartier, au soleil,  pour bien faire comprendre à votre corps qu’il est dix neuf heures, et pas le milieu de la nuit comme il le croit. Manger, discuter, poster un billet à la con sur crepuscules.info… dodo.

Voilà, sinon la ville est belle pour ce que j’en ai vu. Pas encore trouvé de club de salsa. Le campus est immense. Je vois des Starbucks partout.