Archives de catégorie : Construction

Paille et terre

Persuadeur au reposDepuis notre dernier billet, nous avons passé deux semaines sur un chantier de construction de maison individuelle. A notre arrivée l’ossature et la couverture étaient déjà réalisées, et nous avons pu participer à :

  • La pose des bottes de paille dans les ossature de type centrée, dé-centrée et GREB,
  • La pose de la barbotine sur les faces intérieures,
  • La pose de la couche de corps d’un enduit terre intérieur.

Plutôt qu’un long discours, voici quelques images pour résumer deux semaines intensives…

Un grand merci à Zoé, Alexandre, Karine et Stéphane pour leur accueil, merci aux constructeurs pour leur encadrement et discussions et aux autres bénévoles pour la bonne ambiance!

Depuis le chantier, nous avons pris quelques jours sur Albi, puis sommes montés jusqu’à Figeac.

Prémian, c’est fini !

Ça y est nous repartons cet après-midi. Il y a toujours une petite pointe de tristesse au moment d’enfourcher les vélos et de voir les gens dont on a partagé le quotidien pendant quelques jours disparaître derrière un virage.

Nous avons passé 10 jours chez Pierre-Franck et Maëlys, qui sont en train de construire un bâtiment ossature bois et isolation paille. Ce bâtiment contiendra trois partie : deux gîtes pouvant accueillir des personnes handicapées (handicapés moteur en bas, mal voyants et mal entendants en haut) et une maison sur deux étages pour Pierre et Maëlys.
Le projet est déjà bien avancé : les deux gîtes sont quasiment finis et le travail s’effectue maintenant sur la maison. Il faut dire que le chantier a commencé depuis plus de 3 ans !

Nous avons été logés comme des rois dans le gîte du rez-de-chaussée (un gîte pour 7 personnes pour nous tous seuls !). Nous avons travaillé sur la pose du bardage dans le couloir séparant la partie gîte de la maison, puis sur le mur Est extérieur. Je sais donc maintenant couper, clouer, visser du bois de n’importe quelle façon ou presque ! La scie à onglet, plongeante, circulaire, sauteuse, à main (celle qui fonctionne sans électricité, à l’huile de coude ;) ) n’ont plus de secrets pour moi. De même que la perceuse, le marteau, le cloueur pneumatique… Nous avons également posé des kilomètres de Tescon (un adhésif bleu étanche à l’eau) autour des « menuiseries » (terme technique pour parler des portes et fenêtres). D’ailleurs, tant qu’on en parle : la pose des menuiseries, c’est technique ! Combien d’heures avons-nous passées à réfléchir à la meilleure façon de faire l’étanchéité et la finition des cadres ?

Beaucoup d’heures ont également été occupées par des discussions avec Pierre, qui est accompagnateur moyenne montagne et a fait des tas de métiers dans sa vie, et Meshak, un menuisier mauricien qui a beaucoup voyagé et qui vient régulièrement aider sur le chantier. Maëlys n’était là que le week-end, c’est elle qui ramène de l’argent à la maison en travaillant à Montpellier la semaine.

Bref encore un bon moment et une super étape. Nous sommes déjà invités pour l’inauguration de la maison dans un an.

Vauvert, Montpellier, Nîmes

Depuis notre dernier article, nous avons passé deux semaines chez l’association Alter’Eco 30,  entre participation à leurs projets, discussions sur l’écologie et la pédagogie, et découverte de la Camargue. Aigues-Mortes, taureaux, scie sauteuse, chevaux, pain du boulanger voisin, oiseaux… une sympathique ambiance de vacances.

Fin d'après-midi sur la Camargue

Fin d’après-midi sur la Camargue

Ce cheval semblait convaincu de trouver à manger dans nos poches

Ce cheval semblait convaincu de trouver à manger dans nos poches

En entrant dans Aigues-Mortes

En entrant dans Aigues-Mortes

Sur les remparts d'Aigues-Mortes

Sur les remparts d’Aigues-Mortes

Gaëlle visitant les remparts

Gaëlle visitant les remparts

Nous avons ensuite rejoint Montpellier, que nous avons visité durant une journée, avec notamment le Musée Languedocien et restaurant Des Lys . Le lendemain nous sommes allés découvrir le chantier des Hérissons et filer un coup de main pour scier quelques planches. Un très beau projet, qui donne envie de se confronter aux complexités juridiques et administratives pour un jour en monter un similaire. Enfin hier nous sommes partis visiter Nîmes en train, pour clore notre découverte de la région.

Gaëlle vérifiant notre itinéraire

Gaëlle vérifiant notre itinéraire

Un magnifique vélo à assistance électrique aperçu devant le magasin Cyclable de Montpellier...

Un magnifique vélo à assistance électrique aperçu devant le magasin Cyclable de Montpellier…

Ces dernier jours ont finit de nous en convaincre: le vélo est un merveilleux moyen de découvrir une ville. Je n’évoquerai même pas la voiture qui est un cauchemar en zone vraiment urbanisée, mais par exemple la marche nécessite beaucoup de temps et d’énergie, si l’on veut voir de manière un peu exhaustive l’étendue d’une ville, et les transports en communs sont contraignants en termes d’itinéraires et de trajet, tout en n’aidant pas à ressentir les distances. Le vélo, au prix d’un peu de sueur lorsque l’on tombe sur une montée, corrige ces inconvénients. Et si l’aménagement urbain est adapté, comme à Nîmes, cela devient un véritable plaisir, et l’on ne regarde même plus si l’étape suivante de notre visite est lointaine: on prend plaisir à naviguer dans la ville.

Aujourd’hui nous reprenons la route pour notre deuxième chantier… Direction le Parc Régional Naturel du Haut Languedoc.

Le début de la suite

Et voilà, mon stage de fin d’étude s’est terminé, et j’en ai finit avec ma formation initiale. < insérer ici une petite larme /> Je reprendrai sûrement des études dans ma vie, mais cette première tranche, qui a commencé il y a tout de même dix sept ans, se termine. Il ne me manque plus que le bout de papier qui va bien. Gaëlle de son côté finit à la fin du mois, et après nous aurons le mois d’août pour nous remettre de ces six mois intenses et préparer la suite. Suite qui commence par la Moselle, puisque Gaëlle a trouvé un emploi en CDI près de Metz, ou elle va travailler sur la régulation des systèmes solaires thermiques. Donc avis aux lecteurs de cet îlot perdu: un ingénieur bois débutant est disponible à partir de septembre dans la région de Metz.

  • Type d’emploi recherché: gestion de chantier en construction bois / conception de produits ou solutions autour du bois et de la thermique / études thermiques. Mais je peux être intéressé par d’autres sujets.
  • Points forts: compétences en thermique et dans le bois en général, bonnes notions de gestion de projet, organisé, à l’aise avec l’informatique, goût pour la conception et l’innovation, habitué à travailler en anglais.
  • Points faibles: débutant, pas motivé pour faire des métrés toute la journée, je déteste utiliser des solutions toutes prêtes que je ne comprends pas, pas la moindre notion de chimie…
  • Prétentions salariales: 1900 euros net si pas d’avantages.

Voilà, si vous connaissez quelqu’un à la recherche d’un ingénieur dans ce genre, envoyez moi son adresse à antoine Point prats Sur crepuscules.info

D’ici là je vois se profiler un mois les pieds dans l’eau de la Drôme, un verre de clairette à la main… que demande le peuple ?

Antoine