Archives de catégorie : Antoine

Voyage 2014 – le livret en pdf

Nous avons résumé l’expérience de notre voyage 2014 dans un livret photos + textes. Relectures terminées, épreuve d’impression  validée… la commande à l’imprimeur est envoyée.
Vous pouvez en télécharger une version basse résolution en pdf ici.

Tutorial : how to publish a GPS track recorded with a smartphone on a WordPress blog

French note : cet article est la traduction en anglais de l’article Tutoriel : publier une trace GPS enregistrée avec un téléphone sur un blog sous WordPress.

English note : Because the Tutoriel : publier une trace GPS enregistrée avec un téléphone sur un blog sous WordPress article got a clear success according to the statistics, I made an english version for non-french speaking people. Feel free to contact me for a comment or correction.

We usually record our bicycle path with our phone, as a .gpx file. We assemble those files on the « Where are we ? » page. Because it took us some time to find how to do this, here is a short tutorial.

Continuer la lecture

Une dernière touffe d’herbe pour la route ?

Nous venons de terminer notre dernier Wwoofing, dans une exploitation bovine. Pendant 10 jours Josiane et Denis nous ont présenté leur technique d’élevage, qui a la particularité d’être organisée autour du pâturage.

Alors moi, comme beaucoup de gens, quand on me disait « Vaches à l’herbe », dans ma tête ça donnait : « Tu vois une prairie ? Ben voilà, les vaches elles sont dedans et elles mangent l’herbe! ». Mais en fait :

  1. Une prairie, ça se plante
  2. Avec un mélange de plantes adapté au terrain, au climat, et aux vaches qu’on veut élever,
  3. Parfois, ça se fauche pour nourrir les vaches à l’étable,
  4. Et il vaut mieux ne pas la laisser indéfiniment.

Bref, c’est bien plus complexe que de « laisser l’herbe pousser ».  Mais ça présente beaucoup d’avantages par rapport aux autres méthodes d’élevage. Du coup, comme Denis a pris le temps de nous détailler les techniques utilisées, on s’est dit que ça pourrait profiter à d’autres. Si vous voulez comprendre les bases de l’élevage de vaches à l’herbe, voici une carte heuristique pour vous.

Et pour ceux qui n’ont pas envie de lire… il y a les photos.
Dans les prochains jours nous allons nous atteler à contourner le massif central, en espérant que la neige ne vienne pas nous perturber !

Note : Denis et Josiane cherchent à transmettre leur exploitation à un jeune motivé et qui veut continuer à appliquer le même système. Ils proposent une transition en douceur et une transmission de leur savoir-faire… Nous avons leur contact : à bon entendeur !

De l’installation en maraîchage

Nous venons de passer une semaine chez Amandine et Martial, qui s’installent en maraîchage. L’occasion donc de passer un peu de temps au champ, de participer à un chantier de déconstruction (pour changer) et de discuter beaucoup de formes juridiques, contraintes administratives, techniques culturales… Bon courage à eux pour lancer et stabiliser leur petite exploitation. Nous espérons avoir l’occasion de retourner les voir !

Nous repartons pour quelques jours de vélo, avec une météo pour l’instant insolente pour une fin de Novembre. Exceptionnellement, nous ne savons pas encore ou sera notre prochain wwoofing ou chantier, mais nous y travaillons !

Note sur le voyage en binôme : quand un des deux cyclos est malade, on se rend compte à vélo de l’impact de la maladie sur notre capacité physique. En temps normal, nous avons un rythme de pédalage similaire. Avec de petites variations : en général, Antoine est devant le matin, Gaëlle l’après-midi. Mais quand un des deux est malades, la différence devient flagrante : celui qui est bien portant a l’impression que le malade roule avec les freins serrés, et qu’il suffit de mettre un coup de pédale pour le distancer de vingt mètres.

 

De Pontivy à Cholet en passant par Notre-Dame

Laure nous ayant rejoint pour quelques jours de vélo, nous lui laissons le clavier pour résumer cette partie du voyage

J’ai rejoint Antoine et Gaëlle à Pontivy, au centre de la Bretagne. Et avant de commencer à pédaler, c’était déjà du sport ! Selon la SNCF, pour transporter un vélo dans un train non équipé, veuillez démonter entièrement votre vélo, le mettre dans une housse de transport et porter ces 20 kg sur l’épaule. Ajoutez 2 sacoches arrière, une sacoche avant et un autre sac, tout cela en bandoulière et vous serez prêts à affronter les escaliers pour accéder au train. Si vous réussissez à monter dans le train vous pourrez ensuite tenter de trouver une place à votre vélo sur une plateforme entre le poêle à bois et le sac de hockey ! « La SNCF et son personnel d’accompagnement vous souhaitent un agréable voyage » !

Nous avons fait une première étape à Vannes face au Golfe du Morbihan, puis visite de l’île d’Arz invités par Solenn et Rémi, chez qui Antoine et Gaëlle avaient participé à un chantier. Ensuite nous quittons la côte direction plein Est vers Redon, puis nous passons sur une petite portion du canal de Nantes à Brest, et arrivée à Notre-Dame-des-Landes.

Les 2 jours passés sur la ZAD (comprendre « Zone à Défendre ») en compagnie des ZADistes nous ont permis d’avoir un aperçu partiel de ce qui s’y passe. Regroupement de jeunes et moins jeunes, motivés par la lutte contre le projet d’aéroport, et séduits par le mode de vie qui y règne, nous sommes accueillis dans une ferme occupée et exploitée par les ZADistes. Dans la ZAD on parle autosuffisance, naissances d’un petit veau noir, maraîchage, paillage à base de tiges de haricots, construction de cabanes à base de matériaux de récup’, isolation du toit de la ferme; mais aussi manifs, violences policières, exprimer son opposition avec violence ou non violence ? Là bas on ne dépense rien : une vie sans argent est-elle possible ? Là bas pas de chef, de représentant, ni de référent : un groupe ainsi autogéré est-il plus fonctionnel que s’il y avait un « chef » ? Ce fut un court séjour soulevant beaucoup de questions.

Ensuite, choc des cultures, et retour en ville à Nantes (vraie jungle urbaine pour un cycliste !). L’un des potentiels projets culturels de la ville est la construction d’un immense arbre aux hérons, de métal et de bois, entièrement végétalisé et habité par des insectes ou animaux-machines où pourront évoluer les piétons … Alors, aéroport ou arbre aux hérons ?